BAROMETRE DU BIEN-ETRE DES ENTREPRENEURS

L’entrepreneuriat est-il source d’épanouissement ou de repli sur soi ? Quels sont les impacts positifs et négatifs évoqués par les patrons à mesure de l’évolution de leur entreprise ? Une étude menée par AdoctA en avril 2015, portant sur un échantillon de 320 entrepreneurs, répond à ces questions.

infographie barometre bien-etre entrepreneur adocta

Ils notent leur épanouissement sur une échelle de 1 à 10

L’étude met en évidence un réel phénomène évolutif dans le temps.

Si dans la première année qui suit la création de leur entreprise, ils sont 91 % à évaluer leur épanouissement au-dessus de la moyenne, avec une note dominante de 7 sur 10, cette tendance évolue positivement lorsque l’entreprise mûrit et à moins de trois ans. La note passe alors, pour une majorité des personnes interrogées, à 8 sur 10.

Toutefois le nombre de personnes ayant noté leur épanouissement au-dessus de la moyenne chute de 21 points pour atteindre une valeur de 70 %. En revanche, la situation se ternit passé le cap des 3 années d’existence. La majorité des chefs d’entreprises évaluent leur épanouissement à 6 sur 10, soit une chute conséquente. Ils sont toutefois 72 % à l’estimer supérieur à la moyenne.

Le cercle vertueux et le cercle vicieux

La création d’entreprise semble avoir deux types de conséquences radicalement opposées. Elle suit un cercle vertueux ou une spirale vicieuse.

L’autonomie dans le travail, évoquée comme un facteur positif de l’entrepreneuriat, est évoquée par 88 % des chefs d’entreprise. Elle va de pair avec un épanouissement personnel, lié en partie avec une rémunération plus élevée (pour 65% d’entre eux). Ceci impacte de façon positive la vie sociale et familiale (respectivement pour 11 et 28 % d’entre eux).

A l’opposé, les patrons évoquent un stress accru lié à la prise importante de responsabilités (49 % le ressentent), une rémunération qui n’est pas à hauteur de leurs espérances (48 %) surtout si elle s’accompagne d’une chute du temps libre et d’une sensation de perte de contrôle de sa vie privée. En situation difficile ou délicate, 24 % des entrepreneurs ressentent un isolement qui se répercute sur leurs vies sociales et familiales.

Cette vision n’est pas aussi dualiste qu’il n’y parait, puisqu’on peut envisager un chef d’entreprise globalement épanoui dans son travail, positif dans son approche professionnel mais en perdition sociale car il ne dispose plus du temps libre pour tisser et entretenir des liens sociaux ou affectifs avec ses proches.

One Response to BAROMETRE DU BIEN-ETRE DES ENTREPRENEURS

  1. Medio 12/06/2015 at 3:36 #

    Très bon article qui met bien en perspective les choses

Laisser un commentaire

Image CAPTCHA

*

site réalisé par Octaline